Traître(s)


d'Alan Riding

Version française : Christine Defoin

Mise en scène : Alain Besset

Avec : Cécile Besse, Alain Besset, Grégory Bonnefont et Marko Nikolic

Décors / Scénographie : Hervé Fogeron

 

Prochaines dates :

du mercredi 13 au vendredi 15 mars 2019 - 20h30
Chok Théâtre - St-Etienne (42) - 3 représentations

Samedi 16 mars 2019
Salle culturelle - Saint-Martin La Plaine (42) - 1 représentation

Jeudi 21 mars 2019
La Guérétoise de spectacle - Scène conventionnée de la ville de Guéret (23) - 1 représentation

La pièce se déroule nos jours, dans un pays non identifié, une décennie après le renversement d’un dictateur de droite par une révolution populaire, dans la cellule d’un prisonnier.

Cette histoire aurait pu se passer il y a quelques années à Cuba ou en Iran ; elle pourrait arriver aujourd’hui en Chine, ou au Venezuela, en Azerbaïdjan ou en Corée du Nord ; et, dans le futur, elle pourrait aisément survenir dans n’importe lequel de ces nombreux pays où l’idéalisme cède le pas à la dictature.

Une figure éminente d’un gouvernement post-révolutionnaire arrive à la conclusion que les idéaux originels du régime ont été trahis par le comportement autoritaire du Président. Pour s’être réuni clandestinement avec d’autres vétérans désillusionnés, il est arrêté et maintenu au secret jusqu’à ce qu’il livre les noms des membres du groupe. Il nie avoir conspiré, avançant l’argument que son unique objectif est de remettre la Révolution sur les rails.

Dans sa cellule, il reçoit des visites : celle d’un Interrogateur, dont il a jadis sauvé la vie ; celle de sa femme, qui craint de le voir préférer son orgueil aux intérêts de sa famille ; celle du Président, qui exige de lui qu’il révèle les noms de ses « co-conspirateurs ».

Le Prisonnier doit choisir entre la loyauté - ou bien la trahison - envers sa famille, ses idéaux révolutionnaires et le Président.

AlanRiding-Photo-SiteL'auteur, Alan Riding

Alan Riding est un écrivain et journaliste né le 8 décembre 1943 à Rio de Janeiro (Brésil) de parents britanniques. Il passe onze années au Brésil puis part étudier en Angleterre où il sera diplômé de l'université de Bristol section économie.

Très vite il se tourne vers le journalisme et part à New York où il intègre l’agence de Presse Reuter. En 1971 il quitte Reuters et s’installe au Mexique pour travailler comme journaliste indépendant principalement pour The Financial Times, The Economist et The New York Times.

En 1978 il intègre The New York Times comme chef de bureau de la ville de Mexico, puis en 1984 part au Brésil et devient chef du bureau de Rio de Janeiro. Il couvre alors les transitions des régimes militaires vers les démocraties au Brésil et dans de nombreux pays voisins, ainsi que les guerres de guérilla et le trafic de drogue au Pérou et en Colombie.

En 1989, après un bref passage à Rome, il est nommé chef du bureau du New York Times à Paris, puis devient, en 1995, le correspondant culturel européen du New York Times.

En 2007, Alan Riding quitte le journalisme pour écrire, il vit aujourd’hui à Paris.

Alain Besset-NB-450x450Note du metteur en scène

Depuis plus de trente ans, je me suis attaché à défendre et fabriquer un théâtre de sens et d'engagement. Je me suis efforcé de porter un regard de réflexions sur le monde dans lequel je vis et le partager avec les spectateurs et les équipes artistiques qui m'ont accompagné.

J'aime par le biais d'auteurs contemporains talentueux soulever les problématiques sociales et politiques de nos sociétés cupides et inhumaines, leurs injustices.

Avec Artaud, j'ai abordé le thème de la folie et les thérapeutiques tortures électriques, la souffrance du Poète. Avec Alain Bosquet, le nazisme et la déportation. Avec Charlotte Delbo, la résistance et l'engagement. Avec Kalouaz, l'univers carcéral. Avec Bernard-Marie Koltès, la solitude. Avec Gilles Granouillet, la guerre d'Algérie. Avec Alfred Jarry de façon plus comique, j'ai continué à pourfendre le pouvoir totalitaire. Mais j'ai aussi mis en avant la beauté et l'essentialité de l'Existence et de la Vie par l'écriture de Pascal Vrébos qui a porté la parole et la philosophie d'Henry Miller...

Aujourd'hui, je souhaite m'intéresser aux dérives dictatoriales que peuvent engendrées certains révolutionnaires idéalistes une fois au Pouvoir. C'est pourquoi j'ai choisi de mettre en scène " Traître(s) " d'Alan Riding, texte théâtral écrit en 2016 par ce journaliste du New York Times qui relatait les transitions des régimes militaires en "démocraties" au Brésil et dans de nombreux pays d'Amérique du sud pendant deux décennies (de 1970 à 1990).

Le Théâtre est et restera pour moi l'arme essentiel des combattants-guerriers pour la Paix et la justice.

Alain Besset